Passer du CAD au BIM peut être une de vos préoccupations. On part toujours d’un endroit pour se diriger vers un autre. Même si le chemin le plus rapide est la ligne droite, ce n’est pas toujours aussi simple. Pour cette raison, nous avons décidé de consacrer un dossier de plusieurs billets sur ce thème.

Passer du CAD au BIM 1/3

Qu’est-ce que le BIM ?

Tout d’abord, il faut être bien clair sur ce qu’est le BIM… et ce qu’il n’est pas !
Il ne s’agît pas d’un logiciel qu’on achète en ligne et qu’on utilise sans prérequis. Il s’agît d’une véritable philosophie de travail basée sur la collaboration et la collecte de données « intelligentes ».

Pour être plus clair, il s’agît « d’une technologie et de processus associés pour PRODUIRE, COMMUNIQUER et ANALYSER des modèles de construction » (Eastman, 2011). Et c’est bien là TOUT l’enjeu du BIM. Tout ce que nous pouvons faire en amont permettra de sauver temps et argent au-fur-et-à-mesure de l’avancement du projet.

Passer_du_CAD_Au_BIM_Avant_Après

Comment faire ? Peu importe vers quel niveau du BIM vous vous orientez, l’objectif est de passer d’un mode de travail isolé vers un mode de travail collaboratif. En effet, les conflits entre les disciplines sont habituellement constatés sur le chantier et coûteux à résoudre… Si les dessins (2D) communiquent l’intention de la conception, ils contiennent parfois des données incohérentes ou erronées, et l’information qu’ils peuvent donner est limitée. Or, le BIM est avant tout un processus de collecte, de manipulation et d’analyse des données afin d’éviter ces conflits.

En 4D, en intégrant le facteur temps, il est plus facile de comprendre l’échéancier. Il est aussi possible de voir la progression d’un chantier à plusieurs dates cibles :

Passer_du_CAD_Au_BIM_Phases_de_projets

Projet à différentes phases de construction.

En 5D, le facteur coût est ajouté à la maquette. Ce genre de modèle permet des relevés plus précis, pourvu qu’il comprenne tous les objets nécessaires à la construction. Notons que la quatrième dimension n’est pas préalable à la cinquième.

Et qu’est-ce que ça implique ?

Travailler en BIM, c’est utiliser l’interopérabilité, c’est-à-dire : la possibilité de transférer de l’information à travers plusieurs logiciels par exemple. Les objets du BIM peuvent être « intelligents », en étant reliés à des bases de données sur des caractéristiques physiques et fonctionnelles.

Ce que ça implique d’un point de vue implantation, c’est une compréhension du processus. Il faut s’habituer à une nouvelle méthode de travail qui n’est pas naturelle pour la plupart des professionnels de l’industrie aujourd’hui. En effet, la plupart des professionnels, pour ne pas dire la totalité, ont été formés en CAD. Il faut à présent penser communication et échange de données entre spécialités : architecture, ingénierie mécanique et structure, donneur d’ouvrage, etc…

Pour l’aspect logiciel et infrastructure à mettre en place, nous vous donnons RDV dans le 2e volet de notre dossier « Passer du CAD au BIM ».

Si cet article vous a convaincu pour vous lancer dans une approche BIM, n’hésitez pas à nous contacter. Nous ferons de notre mieux pour vous accompagner en fonction de vos réels besoins.  Si vous souhaitez davantage d’informations BIM et des trucs et astuces, allez consulter notre blogue, enfin si vous souhaitez découvrir l’ensemble de nos services, n’hésitez pas ! Vous pouvez également consulter notre calendrier de formation qui est en ligne !!

 

Share
This

Commentez